mardi 26 novembre 2013

Aiguille du Gouter : plus connue des alpinistes que des cristalliers !



Bien visible de tous, ce sommet est indissociable de celui du Mont-Blanc




panorama des montagnes du Mont-Maudit, Mont-Blanc, Aiguille du Goûter au soir avec la lune pointant au top du Mont-Blanc

    Je n'aurais jamais pensé aller un jour prospecter sur cette montagne tant sa réputation est mauvaise. En effet, tous les alpinistes connaissent ce sommet car il constitue le passage obligé pour qui veut gravir le sommet de l'Europe par sa voie normale.
    Et là, tous les alpinistes sont confrontés au couloir qui peut décider de leur destin : traverser ce couloir c'est s'exposer au risque de chutes de pierres parfois mortelles.



les montagnes du Mont-Blanc et de l'Aiguille du Goûter éclairé par le soleil couchant

    En effet, l'Aiguille du Goûter est composée d'un immense tas de cailloux qui ne demandent qu'à suivre leur penchant naturel, à savoir vers le bas! Seul le gel empêche cette chute incessante, gel qui lie ensemble les roches grâce à la neige et à l'eau  présente parmi elles. Malgré cela, un ami guide m'avait dit avoir vu des cristaux de quartz traînés par là-haut et il me soutenait que cela pourrait valoir le coup d'aller voir.


sommet de la montagne de l'Aiguille du Goûter parmi les nuages


    J'ai gardé l'info. dans un coin de ma tête et... cette année devant les quantités de neige présente en montagne, je me suis dit : pourquoi ne pas aller voir?  d'autant plus que les températures sont loin d'être caniculaire. J'ai une chance que tout ne me tombe pas sur le crâne.

     Première difficulté, et non des moindre, les gendarmes (deux, des vrais pas ceux en granite que nous trouvons sur les belles arêtes de rocher du Massif...) sont présents afin de faire respecter l'interdiction de bivouac sur la voie d'accès du Mont-Blanc... Soyons discrets comme d'habitude et l'emplacement de bivouac idéal est trouvé, et puis je ne veux pas aller au sommet, et puis ailleurs dans le massif, le bivouac est autorisé du coucher au lever du soleil, alors... 
    D'où je suis je peux surveiller la montagne et étudier la façon qu'ont les pierres de tomber. Et afin d'accroître ma marge de sécurité, je décide de monter en étant le plus léger possible pour mieux "fuir" les pierres, d'où l'absence de photos car pas d'appareil...car vite lourd!

   J'ai la chance de trouver rapidement une zone prospectable avec de nombreux indices de cristallisations et de fours mais, il faut se rendre à l'évidence : cette montagne est bien un immense tas de cailloux et tout est fracassé ! On dirait vraiment que tout est prêt à s'effondrer, cela ne tient que par miracle, et sans le froid qui règne tôt le matin ... Du coup, le temps de prospection est lié au degré de température régnant dans la face...

    J'ai finalement trouvé un four et j'en trouverai un autre plus tard dans la saison. Et, miracle, comte tenu de la qualité de la roche, il y avait des cristaux ...même s'ils étaient peu nombreux ! Et, second miracle, ils sont intacts ou à peine "tonchés", toujours en tenant compte de la qualité du terrain...

    Les quartz sont fumés très clairs, presque hyalin, et très transparents. De la chlorite est présente ainsi que des cristaux d'épidote en petite quantité. J'ai trouvé également plusieurs quartz à âme et quelques petits fantômes.

quartz à âme du Mont-Blanc, Aiguille du Goûter, faden quartz


    Le plus intéressant réside dans l'architecture des cristaux. Ceux-ci possèdent souvent des pointes disposées autour d'une belle gangue, gangue très déminéralisée, voire cristallisée: la roche brille!
   

cristaux de quartz légèrement fumé trouvé par un cristallier près du Mont-Blanc




    Il n'est pas impossible de trouver des associations du genre de ce qui se trouve sur le versant italien mais pour cela il faudra que je continue à chercher. Ainsi, d'après Venance Payot, on trouve de l'épidote (je confirme) et des préhnites. De la tourmaline aurait été trouvée également...
    Alors rendez-vous l'année prochaine ! En attendant, un petit témoignage sur le Goûter!

    "Depuis la rambarde de l'ancien refuge, mon regard plonge dans la face. Quel tas de gravats cette face.... Et pourtant je peux vraiment dire que je l'ai fréquenté ce tas de gravats. Que j'ai contribué à tracer le sentier dans cet éboulis vertical. Aujourd'hui, après 21 ans de métier de guide et presque 37 ans de montagne, je peux vraiment dire que je trouve cette face laide... rien n'est attirant dans ce lieu."
Jean Annequin



vue plongeante sur la face de l'Aiguille du Goûter où se trouve la voie normale
En débutant la descente du Goûter par sa voie normale
photo: Jean Annequin, jeanguide.over-blog.com













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire